RSE et négociation commerciale

Prise en compte de la RSE dans la négociation commerciale

Les accidents survenus au Bangladesh (second fournisseur mondial d’habillement), notamment celui du Rana Plaza qui a fait plus de 1100 morts, ont mis en lumière les conditions souvent déplorables de travail et de sécurité des travailleurs dans ce pays. Afin d’aider nos entreprises dans leurs relations avec leurs fournisseurs, l’Alliance a décidé de rédiger un guide d’aide à la prise en compte de la RSE dans les négociations commerciales.

Bien que de nombreuses entreprises de textile soient de simples sous-traitants des sociétés avec lesquelles nous passons des contrats de fournisseurs, nos enseignes ne peuvent rester indifférentes aux conditions sociales dans lesquelles sont fabriqués les articles qu’elles vendent. Le guide en préparation est donc destiné :

  • A aider et protéger les enseignes dans leurs relations avec leurs fournisseurs
  • A les inciter à diffuser les bonnes pratiques RSE
  • A les doter d’outils d’évaluation et de mise en place de programme d’améliorations sociales et environnementales.

Le document, dont la parution est prévue en juin 2014, est réalisé avec l’assistance d’Hubert Martin (ancien conseiller social auprès de l’ambassade de France à Genève et représentant du ministère du travail au BIT) et des avocats spécialisés.

° COLLABORER AVEC BETTER WORK

Par ailleurs, pour rendre plus efficace la prise en compte de la RSE, l’Alliance s’est rapprochée de Better Work, un organisme qui fait référence en la matière. Elle a organisé le 15 avril dernier une réunion entre son Directeur général, Dan Rees, et les représentants de onze sociétés adhérentes, le Groupe Carrefour et les représentants des ministères du trésor et du travail, afin d’envisager une collaboration

Better Work est une émanation conjointe du BIT (Bureau International du Travail) et de la Société Financière Internationale (Banque Mondiale) qui vise à améliorer la productivité et la situation des travailleurs dans les usines du secteur textile/habillement. Elle est implantée dans plusieurs pays et bientôt au Bangladesh.

Better Work organise, non seulement un ensemble d’audits sur le respect des normes fondamentales de l’OIT, mais également des contrôles sur la sécurité des bâtiments. Cet organisme serait disposé à construire avec les entreprises de notre branche un programme de travail. Une telle démarche aurait un double avantage : permettre aux entreprises de s’approvisionner auprès de fournisseurs pouvant se prévaloir du label OIT ; faire réaliser des audits à des coûts extrêmement attrayants.